Communiqué de l’Association Rennaise des Centres Sociaux (ARCS)

Rennes, le 28 avril 2020.

Chères adhérentes et chers adhérents,
Chères équipes bénévoles et salariées,
Chers partenaires associatifs et institutionnels,

Depuis maintenant six semaines, les six Centres Sociaux de l’Association Rennaise des Centres Sociaux sont fermés au public conformément aux instructions gouvernementales !

Pour autant les équipes professionnelles ont mis en place, ensemble et chaque équipe à « sa façon », des initiatives pour maintenir le lien avec les habitant·e·s des quartiers populaires de la ville de Rennes. Certes, nous ne sommes pas les seul·e·s à agir, et tant mieux ! De belles solidarités viennent atténuer les effets néfastes de la crise que nous traversons.

Cette particularité que nous avons de croiser le travail des professionnel·le·s et l’engagement des bénévoles, démontre notre capacité collective à inventer de nouvelles formes d’intervention et de soutien aux initiatives des habitant·e·s, permettant de renforcer le « maillage solidaire » là où les injustices sont les plus fortes !

Le confinement vécu par chacun, chacune d’entre nous, a des effets particulièrement délétères sur les conditions de vie déjà difficiles pour bon nombre de familles et d’habitant·e·s accueilli·e·s quotidiennement. Les inégalités existantes s’en trouvent ainsi accentuées.

L’engagement des équipes démontre à quel point la présence des professionnel·le·s de l’accueil, de la petite enfance, de l’enfance, de l’accompagnement à la parentalité et des travailleur·euse·s sociaux·ales comptétent·e·s et engagé·e·s soulage et aide les personnes isolées, les familles monoparentales, les familles nombreuses, les personnes migrantes, les personnes en situation d’illettrisme, les personnes qui ne possèdent pas de matériel informatique, et tant d’autres situations qui cumulent toutes ces difficultés.

Alors, MERCI ! parce que nous ne le dirons jamais assez … pour les colis alimentaires de l’épicerie sociale Ty-Sol livrés aux familles et aux habitant·e·s, merci pour les colis de livres et de supports éducatifs du Centre Social des Champs Manceaux pour remercier les enfants et leurs parents, merci pour la création d’un site internet regroupant différentes ressources essentielles pour vivre au mieux cette période à l’initiative du Centre Social Carrefour 18, merci pour le réseau d’entraide de Villejean où des habitant·e·s relais font le lien avec les acteur·rice·s du quartier, merci pour le projet en cours d’accueil d’urgence pour les enfants des familles les plus fragilisées et tant d’autres actions solidaires et partenariales !

MERCI encore aux professionnel·le·s du Siège et aux Directions d’agir au quotidien pour réorganiser notre action et permettre sa réalisation dans de bonnes conditions.

Plus que jamais, nous le voyons, c’est grâce à l’engagement sans faille de chacun et de chacune, qu’il est possible de traverser avec espoir ce temps sidérant que nous avons du mal à comprendre et qui nous pose doutes et questions pour l’avenir !

Le lien social est vivant ! Il existe dans les familles, entre ami·e·s, dans nos voisinages, entre générations. Il est exprimé par la reconnaissance que nous avons envers les personnels soignants. Tant de gestes de solidarité à leur égard ! Et jamais les salarié·e·s invisibles de notre pays n’ont été tant reconnu·e·s ni considéré·e·s comme si utiles.

Une fois que nous serons sorti·e·s de cette crise, qu’en sera-t-il de ces personnes qui ont nettoyé les salles de soins ou autres espaces nécessaires à la vie de la cité, de celles qui ont maintenu la paix sociale et/ou soutenu les laissé·e·s pour compte, les personnes vulnérables ou fragiles ou encore les personnes victimes de violence, de celles qui sont restées travailler malgré l’absence de protection pour que chacun·e puisse continuer de se nourrir, etc ?

Ne nous trompons pas, la sortie de la crise aura des effets violents sur les plus fragiles. Nous devrons nous mobiliser pour la construction d’une société plus solidaire, plus juste, plus protectrice. Notre force est d’agir avec les habitant·e·s, les « premier·ère·s concerné·e·s », qui ne sont pas les « premier·ère·s connecté·e·s », comme nous le disons souvent. Nous devons nous interroger sur les façons que nous aurons de relayer leurs attentes, leurs besoins, leurs propositions, leurs envies d’être acteur·rice·s de leur vie et leur désir de démocratie.

Quelle dimension politique au regard de notre projet associatif devons-nous entretenir avec eux et elles, mais aussi avec nos partenaires sur les territoires et avec tous ceux et toutes celles qui représentent « la puissance publique », collectivités, administrations, Etat ?

Nous ne pourrons agir seul·e·s ! Il faudra renforcer nos alliances sur le territoire, afin de rendre efficace avec la population ce changement de société qu’il faut d’urgence enclencher, tant ce Covid-19 a révélé le fossé social entre la « France Start-up» et la « France d’en bas ».

Dans notre association, nous sommes en train de vivre cette première période où chacun·e se réorganise, fait face, bricole, invente toujours avec un esprit fraternel. Nous devons ensemble tout mettre en œuvre pour la construction de ce nouveau temps avec humilité. La parole des habitant·e·s ne devra pas se perdre face aux injonctions contradictoires qui ne tarderont pas à survenir et voudront s’imposer.

Restons mobilisé·e·s et engagé·e·s.

Les membres du Bureau de l’ARCS.

Télécharger le Communiqué au format PDF